Wimbledon : Andy Murray partagé entre l’envie de continuer et la peur de devoir arrêter

Membre du Big 4 il y a quelques années, Andy Murray a été largement dépassé au niveau du palmarès. A tel point que cette appellation est devenue “Big 3” pour désigner Novak Djokovic, Roger Federer et Rafael Nadal. Depuis 2016, année de sa domination sur le circuit, l’Ecossais n’a jamais pu revenir à son meilleur niveau mais il continue de se battre. Avant Wimbledon, il s’est exprimé sur sa situation.

La plupart des tennisman n’ont pas la fin de carrière qu’ils souhaitent. A force de chercher la gloire, ils s’exposent aux blessures. On se souvient encore de la retraite soudaine de Roger Federer due à ses pépins physiques. Rafael Nadal lui aussi s’est retiré dernièrement de la liste de Wimbledon pour les mêmes raisons. Même son de cloche pour Andy Murray qui ne s’en cache pas.

Repousser la retraite le plus possible 

Certainement le joueur qui aura le plus souvent résisté au trio de grandes légendes du tennis, Andy Murray a évolué à un niveau si élevé dans sa carrière que sa hanche n’a pas pu tenir le coup sur la durée. Ancien numéro un mondial, il n’a remporté qu’un seul titre ATP depuis qu’il a subi deux opérations lourdes de la hanche. Bien que Murray n’ait pas eu beaucoup de succès sur la scène principale au cours des dernières années, il croit toujours qu’il peut jouer à un haut niveau. Objectif : remporter à nouveau un titre majeur en simple avant de tirer sa révérence. “Je ne sais pas exactement de quel tournoi il s’agit ni où il se déroulera. J’ai juste une idée de la durée pendant laquelle j’aimerais jouer et je ne veux pas me retrouver dans la même situation qu’avant mon opération. Je veux finir selon mes propres conditions. Je veux finir sur le court où je sens que je peux encore me faire justice et jouer à un très haut niveau. Je pense vraiment que je peux le faire pendant encore quelques années”, a déclaré Murray lors d’une interview avec Jacquie Beltrao sur Sky News. 

A 36 ans, l’Ecossais a fait le choix de concentrer ses efforts sur Wimbledon. Proche d’obtenir un statut de tête de série grâce à ses bons résultats dernièrement, il se sent encore capable de réaliser de grandes choses. Il faut bien avouer que depuis l’édition 2017 de Wimbledon, il n’a jamais pu atteindre une deuxième semaine en Grand Chelem. L’âge et les blessures laissent penser que cette édition, bien que compétitive, pourrait également être la dernière de sa carrière à Wimbledon. Alors qu’il va faire sa quinzième apparition dans ce tournoi qu’il a remporté deux fois, il assure ne pas envisager de sitôt le moment de raccrocher sa raquette. Continuer à jouer un peu plus longtemps, c’est son vœu le plus cher. Sa plus grande crainte est de se blesser à nouveau car cela causera inévitablement la fin de sa carrière. “J’ai une idée de la date à laquelle j’aimerais finir et ce n’est pas cette année à Wimbledon. Si je me blesse sérieusement à nouveau ou qu’il arrive quelque chose à ma prothèse, ça serait terminé. Je n’essaierai pas de revenir après une nouvelle opération” a-t-il fait savoir. Rappelons que Wimbledon débute lundi prochain et Murray en sera l’une des vedettes les plus attendues, avec Novak Djokovic et Carlos Alcaraz. 

Un dernier défi à relever

La saison dernière n’était pas une réussite pour l’Ecossais. Le désormais 39e mondial s’est fait éliminé au deuxième tour par John Isner extrêmement solide. Confronté au géant américain, l’Écossais avait tout tenté pour renverser son adversaire devant un public acquis à sa cause, mais ce n’était pas assez (6-4, 7-6(4), 6-7 (3), 6-4). Une défaite difficile à encaisser pour le vainqueur des éditions 2013 et 2016, qui espérait un meilleur dénouement à domicile. Palmarès sur gazon : 8 titres dont 2 à Wimbledon, 5 au Queen’s et les Jeux Olympiques de Londres 2012. Il a manqué d’un rien le statut de tête de série et pourrait bien le regretter. Mais personne ne veut affronter Andy Murray au 1er tour devant son public. L’Ecossais reste une légende et un sacré client sur le gazon. Certes, sa défaite sèche d’entrée au Queen’s face à Alex de Minaur a montré certaines de ses limites. Mais fatigué, il venait d’enchaîner deux titres en Challengers à Surbiton et Nottingham. Mieux physiquement qu’il ne l’a jamais été depuis sa lourde opération à la hanche, il rêve d’une dernière grande aventure. A Wimbledon, suivant son tableau, il peut y croire.

Vous avez aimé cet article de Anthelme Chodaton ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

La première soirée de cette édition de l’Euro a été un véritable régal. Avec une...

Anthelme Chodaton
15

L’Euro 2024 est à nos portes et promet d’être une compétition passionnante et diversifiée, avec...

Anthelme Chodaton
243

L’idée d’organiser une CAN de Football Américain commence à se concrétiser peu à peu. La...

Anthelme Chodaton
32