Premier trophée du Barcelone à l’ère Xavi. Et après ?

Dans la soirée du Dimanche 15 Janvier 2023, le FC Barcelone a surclassé son éternel rival en remportant la Super Coupe d’Espagne. Le premier trophée sous la houlette de Xavi. Est-ce le début d’un long palmarès pour les blaugranas ? À quoi devons-nous attendre après ce succès ?

Koudenvoi

Sans briller face à Getafe en Liga, le FC Barcelone a rendu un service minimum au Camp Nou. 1-0, un score suffisant pour Xavi et ses hommes, qui leur permet d’asseoir leur avance en tête du classement. Plutôt en terre saoudienne, les coéquipiers de Robert Lewandoski ont logiquement battu le Réal Madrid en finale de la Super Coupe d’Espagne. Notamment grâce à une masterclass du jeune prodige de la Masia Pablo Gavira. À l’entame du match, ce sont les barcelonais qui ont pris le dessus sur quelques chapeaux de roue. Ils sont ensuite récompensés après les tentatives par l’entremise du jeune Gavi (33e).  Peu avant la mi-temps, le jeune de 18 ans offre le ballon au polonais qui n’a plus qu’à le pousser au fond des filets (44e). Quand est arrivée l’heure aux madrilènes de revenir dans le match, l’espagnol en a décidé autrement. Il signe son troisième geste décisif à son compère Pedri qui condamne Courtois et sa bande. C’est en toute fin du match que l’inévitable Benzema a sauvé l’honneur du Réal en marquant le but du 3-1.

Enfin, la consécration

Le Barcelone remporte la Supercoupe d’Espagne

Il y a encore quelques mois, personne ne pouvait s’y attendre. Voir le FC Barcelone soulever un trophée sortait presque de l’entendement. Encore que le club catalan s’est fait éliminer en Ligue des Champions et retrouve pour la deuxième fois d’affilée en Europa League. Quand on regarde de près l’histoire du club, un tel résultat est d’une tristesse sans précédent. Et il n’en fallait pas plus pour que les critiques ne s’abaissent sur le technicien espagnol. Ses choix, la qualité de son jeu et son incapacité à battre l’Inter Milan ont remis en cause son avenir.  Il a lui-même admis qu’il comprendrait que le club décide de mettre fin à son contrat si les résultats ne s’amélioraient pas. Mais le président Joan Laporta lui réaffirme sa confiance. Ensuite, quelque chose a changé. Il a permis aux barcelonais d’être en tête de la Liga.  L’ancien de l’Al Sadd a réalisé une masterclass tactique. Le Réal Madrid en a fait les frais lors de l’impressionnante démonstration de dimanche. L’avenir de Xavi était en danger, mais il a désormais un trophée à montrer pour son amélioration. Et ce, pour son 435e jour en tant que manager des culés. Reste à savoir si ce trophée est le premier d’une longue série ou le seul qu’il remportera avec les catalans. L’équipe de Barcelone est en course pour trois coupes : La Liga, la Coupe du Roi et l’Europa Ligue. Lequel des trois gagnera-t-il encore cette saison ?  

La puissance du 4-2-3-1 gagnant

Peut-être par ses choix osés qui ont été payants jusque-là. L’équipe que forme Xavi semble être plus entreprenante et solide qu’elle l’a été ces dernières années. Contre le Réal Madrid, l’ancien champion du monde a été infidèle à sa formation de prédilection 4-3-3 pour opter pour un 4-2-3-1. Sans aucun doute pour chercher de la flexibilité tactique et de la stabilité défensive. Il a placé Sergio Busquets, souvent critiqué, en double pivot aux côtés de Frenkie de Jong, et a mis Jordi Alba sur le banc en faveur du jeune Alex Balde. En outre, il a aligné quatre milieux centraux naturels, avec Gavi sur la gauche et Pedri dans un rôle central derrière Robert Lewandowski. Ce choix ne lui a pas été fatal. D’abord, sa force défensive portée par l’Uruguayen Ronald Araujo est méconnaissable. La preuve que le travail qu’abat Xavi ne se repose pas uniquement sur la philosophie du club. Autre point important de la puissance de cette équipe, c’est le milieu de terrain. Gavi et Pedri qui pressent haut pour perturber l’animation offensive de l’adversaire. Busquets et De jong qui siphonnent les services de l’attaque devant la défense. Sur le plan offensif, ils sont impeccables. Balde a été remarquablement au top de son niveau. À vrai dire, cette tactique a asphyxié la formation de Carlo Ancelotti sur tous les plans. 

Une équipe jeune et dynamique

Une équipe jeune et dynamique

Depuis le départ de Messi, le FC Barcelone a traversé une terrible période. Que ça soit en championnat ou en tournée européenne, laissant son rival rafler tous les trophées avec une relative facilité. Mais sous la houlette de Xavi, l’équipe semble retrouver ses repères d’éternel gagnant. Les Blaugranas se mesurent désormais aux équipes expérimentées tant en âge qu’en mentalité. C’est notamment grâce à ses jeunes joueurs qui éclaboussent tout sur leur passage. Pedri (20 ans), Gavi (18 ans), Araujo (23 ans), Kounde (24 ans), Alex Balde (19 ans), Ansu Fati (20 ans), Ferran Torres (22 ans) sont les nouveaux visages du club espagnol des prochaines années. La plupart ont été des artisans dans le grand pas en Arabie Saoudite. Avec ces joueurs futés, ce trophée ouvre bel et bien la porte à beaucoup d’autres.

Vous avez aimé cet article de Anthelme Chodaton ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

L’idée d’organiser une CAN de Football Américain commence à se concrétiser peu à peu. La...

Anthelme Chodaton
31

Le néo champion d’Afrique continue de gravir les échelons. Après s’être révélé dans son pays,...

Freddy Akpo
38

Une onde de choc secoue le monde du basketball burundais. Le Président de la Fédération...

Anthelme Chodaton
17