Voici comment Pablo Longoria est en train de redresser l’OM 

Depuis 2021, l’Olympique de Marseille est sur une pente ascendante. Le club phocéen doit son nouveau visage rayonnant en grande partie à un homme. À seulement 37 ans, Pablo Longoria fait déjà partie des grandes personnalités du football européen. Se plaçant au fil du temps parmi les références, il est bien parti pour devenir, sur les prochaines années, un des plus grands dirigeants sur le vieux continent.  Fort de son expertise, son expérience dans les divers clubs par lesquels il est passé, il est le principal architecte de la reconstitution du club marseillais. 

Ayant commencé très tôt, il a été recruteur à Newcastle et à l’Atalanta Bergame, responsable du recrutement à Sassuolo et à la Juventus Turin. Toujours en gravissant les échelons, il devient directeur technique à Valence, directeur sportif puis président de l’OM. C’est avec le club phocéen qu’il se fait de plus en plus connaître du grand public. Sous lui, le club s’est réinstallé parmi les cadors de la Ligue 1 et a retrouvé la Ligue des Champions. Le tout, grâce à un travail colossal abattu par son équipe et lui. 

Un carnet d’adresses bénéfique

Ayant parcouru les quatre coins de l’Europe avec les différents postes qu’il a occupés, Pablo Longoria connaît du monde. C’est d’ailleurs pour cela que malgré son jeune âge, Franck Mc Court, propriétaire de l’Olympique de Marseille, fait le pari de le mettre à la direction sportive. Il n’avait que 34 ans à son arrivée. Le club se trouvait alors dans une situation compliquée sportivement et financièrement. Marseille doit jouer le haut de tableau en Ligue 1, mais a des ressources limitées. Alors dès son arrivée, le nouveau directeur sportif arrive à réaliser de bons coups sur le mercato. Il arrive à faire venir d’Italie en prêt Pol Lirola, joueur de la Fiorentina. Alvaro Gonzalez débarque en provenance de Malaga en Espagne. Pas forcément des grandes stars, mais d’un niveau suffisant pour faire remonter le club. Il réussit également à faire venir un attaquant comme Arkaduiz Milik, très convoité sur le marché à une certaine époque. Surtout que l’OM avait déjà échoué auparavant à le convaincre sous l’ancienne direction. Il y a aussi Matéo Guendouzi, qui évoluait à Arsenal et qui était déjà international français. Pablo Longoria est celui qui est également capable de négocier avec des cadors européens pour enrôler leurs pépites. Ce fut le cas avec William Saliba et Nuno Tavares d’Arsenal, ou encore Konrad De la Fuente du FC Barcelone. 

Le recrutement intelligent

Lorsqu’on a des fonds aussi limités comme à Marseille, le recrutement doit être très ciblé, avec peu de places aux erreurs. La première chose, c’est de recruter en fonction des besoins fondamentaux de l’effectif. Chose basique, mais que beaucoup de clubs ne font pas, notamment Marseille avant Longoria. L’Olympique de Marseille a connu presque un seul gardien durant plus d’une décennie. Il s’agit de Steve Mandanda. Que soit lors de son passage express du côté de Crystal Palace ou même après son retour, le club a souffert de ses absences. Il fallait enfin trouver un digne successeur au gardien emblématique des Phocéens. Chose faite avec l’arrivée de l’Espagnol Pau Lopez. Un autre transfert à mettre au crédit de Pablo Longoria. Des joueurs comme Éric Bailly et Chancel Mbemba sont venus renforcer la défense. Des arrivées qui témoignent une fois encore de la capacité du président du club à faire venir des joueurs assez côtés. Le club qui souffrait également de l’absence d’un latéral droit de haut niveau depuis quelques années a enregistré l’arrivée de Jonathan Clauss en provenance du RC Lens. Marseille a enfin réussi à trouver son “Grantatakan” avec Alexis Sanchez qui s’est refait une santé dans la cité phocéenne. Le recrutement ciblé de Marseille se voit encore cet été avec les arrivées de Geoffrey Kodongbia pour apporter de l’impact physique au milieu, et Renan Lodi pour son expérience et pour faire oublier Nuno Tavares au poste de latéral gauche. Le Portugais ayant été très décevant la saison écoulée. On parle aussi d’une possible arrivée de Pierre-Emerick Aubameyang. À noter également que Marcelino, le nouvel entraîneur, est une vieille connaissance à Pablo Longoria. Ils se sont connus à ses débuts dans le monde du football, quand Marcelino était entraîneur du Recreativo de Huelva en Espagne.

Des méthodes limitées

Malgré tout le bien qu’on peut dire à propos du travail de Pablo Longoria, il faut aussi souligner qu’il a des failles. D’une part, tous les joueurs qu’il a fait venir à l’OM n’ont pas été des satisfactions. Nuno Tavares et Konrad De la Fuente, les prospects d’Arsenal et du FC Barcelone ont été de grosses déceptions. Pol Lirola après une demi-saison très réussie en prêt, n’a plus retrouvé son niveau une fois l’option d’achat levée. Le Brésilien Luis Enrique, une des premières recrues en attaque, a été un fiasco. Il en est de même pour le Colombien Luis Suarez, arrivé en provenance de Granada, qui a dû être prêté après seulement une demi-saison. D’autre part, ce qui permet à l’OM de revenir au premier plan, est la même qui l’empêche d’aller plus haut. Ayant un budget très limité, Pablo Longoria mise beaucoup plus sur les prêts de joueurs. Le problème qui se pose est que certains après le passage réussi de leurs joueurs, souhaitent les rapatrier. Ce fut le cas de William Saliba. De plus, les options d’achat obligatoire incluses, souvent pour gagner du temps, contraignent parfois Marseille à acheter certains, quand bien même qu’ils n’ont donné satisfaction. Enfin, le plus gros problème, cette instabilité de l’effectif de saisons en saisons agacent les entraîneurs qui ne peuvent pas travailler sur la durée. Ce qui les pousse à claquer la porte sous fond de tensions avec Pablo Longoria. C’est le cas de Jorge Sampaoli et Igor Tudor dernièrement, sans oublier André Villas-Boas qui était également parti pour des raisons similaires

Vous avez aimé cet article de Freddy Akpo ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

L’attaquant français n’en finit plus d’impressionner par son talent dans la Ligue 1 française. L’acte...

Dimas T. Tokounouvisso
84

C’est la première fois de son histoire que le Racing Club de Lens engrange 72...

Anthelme Chodaton
165