L’évolution de la politique des galactiques de Florentino Pérez de 2000 à 2024

Le Real Madrid a officialisé lundi, le transfert de Kylian Mbappé au club pour les cinq prochaines années. Une arrivée qui renforce un secteur offensif déjà bien fourni des Merengues. Les plus enthousiaste parlent d’une troisième ère des galactiques qui s’annonce. L’occasion de revenir sur cette vision révolutionnaire du Real Madrid par Florentino Pérez au débuts des années 2000.

S’il faut bien situer dans le temps, l’année 2000 est dans l’idée, le point de départ de la politique des galactiques. Ce, avec l’arrivée du Portugais Luis Figo dont le transfert était la promesse de campagne de Florentino Pérez. Celui-ci disait vouloir redonner son prestige d’antan au Real Madrid. En effet, la première époque glorieuse du Real était portée par une équipe de stars qui remportent les cinq premières Ligues des Champions. On peut citer des joueurs comme Alfredo Di Stefano, Férenc Puskas, Raymond Kopa ou encore Paco Gento. Les trois premiers ont remporté le Ballon d’Or tandis que le quatrième a remporté 6 LDC, un record. Pour les Madridistas, ce sont les ancêtres des galactiques. C’est ce que Florentino Pérez voulait reproduire, à l’image de Santiago Bernabéu, le premier président du club. 

Une star chaque année

La politique de Florentino Pérez avec les Galactiques est simple. Faire venir au Bernabéu une grande star à chaque mercato estival. Il faut souligner qu’à la base, le projet était connu sous le nom de ‘’Zidanes y Pavones’’. L’idée était de faire un mix entre les stars, incarnées par Zinedine Zidane qui viendra en 2002, et les meilleures éléments de la Castilla, l’équipe réserve. L’Espagnol Francisco Pavon était l’un des grands espoirs de la Castilla à l’époque. Après Figo et Zidane, Ronaldo signe en 2002, Beckham en 2003 et Owen en 2004. C’est à partir de l’arrivée de Beckham que l’appellation ‘’Los Galacticos’’ commence à se démocratiser. 

A l’origine, la stratégie galactique a un but avant tout économique. Bien entendu avec ces stars, l’équipe avait fière allure. Mais Florentino Pérez avait également le souci d’éponger les dettes contractées par le club sous l’ancienne direction. Ce qu’il arrive à faire avec entre autres la vente des maillots, les revenus publicitaires et autres fruits de l’engouement créés par ces transferts XXL. Sur le plan sportif, les Galactiques remportent 7 trophées entre 2000 et 2003 avant la descente aux enfers qui va mener à la démission de Pérez en 2006.

Les galactiques 2.0

En 2009, Florentino Pérez revient en grande pompe à la présidence du Real Madrid. Le dirigeant madrilène arrive avec de nouvelles promesses. Il a une idée en tête, celle de créer une nouvelle génération de galactiques. Mais cette fois, Florentino Pérez fait quelques ajustements. Il a appris de ses erreurs durant son premier passage et a apporté deux grands changements par rapport à la première génération des galactiques. D’abord, il n’y aura plus une star par an. L’idée est désormais de prendre plusieurs stars à la fois pour former en même temps un collectif. C’est ainsi que dès la première semaine du mercato, les arrivées de Cristiano Ronaldo, Kaka et Karim Benzema ont été bouclées. Deux Ballons d’Or et un grand espoir du football mondial. Important de rappeler que le transfert de CR7 était déjà en bonne voie sous l’ancien président Ramon Caldéron. 

Ensuite, Florentino Pérez privilégie désormais le recrutement dans la fleur de l’âge. Une des raisons qui ont fait que les premiers galactiques n’ont pas gagné sur la durée est que les stars arrivaient dans la trentaine ou presque. Ils étaient alors plus proches du déclin. Cette fois, Cristiano Ronaldo est venu à 26 ans, Kaka à 27 ans et Benzema à 23 ans. Le club a aussi prévu de faire chaque 5 ans une grosse acquisition. D’où les arrivées en 2014 de Gareth Bale et Isco, Hazard et Courtois en 2019. Si on suit cette logique, l’arrivée de Mbappé tombe sur ce cycle quinquennal même si le joueur était désiré depuis longtemps. 

On crée nos propres galactiques 

Le Real Madrid est connu pour être le club qui fait venir des stars à coût de millions. Cependant, la maison blanche a un peu changé de méthode au milieu des années 2010. L’approche consiste désormais a suivre des jeunes joueurs aux quatre coins du monde, les recruter puis les développer pour qu’ils arrivent à maturité. Les meilleurs exemples de réussite de ce modèle sont Vinicius Junior, Rodrygo et Fédé Valverde. Il y a une raison derrière ce changement de stratégie. On a vu au milieu des années 2000 des clubs ”nouveaux riches” comme Chelsea, racheté par Roman Abramovich. Ensuite, ce sont les clubs Etats qui ont émergé dans les années 2010. Tous ces nouveaux acteurs constituaient des menaces sur le marché des transferts au moment de se positionner sur les grandes stars. L’enjeu est désormais de dénicher les pépites avant qu’elles ne deviennent des stars.

On peut aussi trouver les origines de ce changement à travers ce qu’on peut appeler ”le traumatisme Neymar”. Le fait que le Brésilien ait filé entre les doigts de Madrid, pire pour finir au Barça, a amené le Real à être beaucoup plus prévoyants sur ce genre de dossier.

Vous avez aimé cet article de Freddy Akpo ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

La première soirée de cette édition de l’Euro a été un véritable régal. Avec une...

Anthelme Chodaton
15

L’Espagne entre aujourd’hui en lice dans l’Euro 2024. C’est un choc face à Croatie de...

Freddy Akpo
10