La conférence du Kalahari a ajouté plus de saveur à la BAL  

La quatrième saison de la Basketball Africa League a démarré avec la campagne inaugurale de la Conférence du Kalahari en mars dernier. Une campagne qui s’est tenue en Afrique du Sud pour la première fois. En plus des fans enthousiastes qui ont rempli la SunBet Arena, une constellation de joueurs  a fait de la Conférence du Kalahari une expérience inoubliable. Retour sur ces faits qui ont rendu cette fenêtre spéciale. 

Le FUS Rabat, un champion inattendu 

Il y a bien d’autres choses à anticiper avant la campagne inaugurale de la Conférence du Kalahari mais la réalité a été tout autre. Bien que les capacités du FUS Rabat n’aient pas été négligées, sa force de frappe a quand même été une belle surprise. Peu de gens s’attendaient à ce que le Champion marocain, débutant au BAL, termine en tête de la conférence avec un bilan de 3 victoires et 1 nul. Résultat obtenu grâce à un effectif  bien en point, comprenant des joueurs comme Aliou Diarra, Nouhi et Jordan qui ont affiché des performances dominantes tout au long des neuf journées. Ces derniers se sont montrés dangereux et redoutables à chaque sortie, domptant même Petro Luanda. 

En quatre matchs de la Conférence du Kalahari, Diarra, joueur défensif de l’année 2023 était dans tous les bons coups, avec une moyenne de 15 points, 8,5 rebonds et 2,3 blocs par match. Ses deux doubles-doubles en quatre matchs l’ont vu devenir le premier joueur à enregistrer dix doubles-doubles dans l’histoire de la BAL. Aux côtés de Diarra, parmi les armes clés du FUS Rabat se trouvaient Jordan et Nouhi, deux buteurs mortels qui ont empêché Petro de Luanda et Cape Town Tigers de terminer au-dessus de la deuxième place de la conférence.  

L’incroyable Samkele Cele 

La particularité de la BAL est qu’on ne finit jamais de faire des découvertes, d’être impressionné par l’individualité ou le talent de certains joueurs. Si les joueurs du FUS Rabat nous ont délivré des prestations impressionnantes, les autres ne sont pas non plus venus en tant que spectateurs. En effet, Samkele Cele n’a jamais été un figurant dans cette campagne. Lors de sa deuxième saison au BAL, Cele ressemblait davantage à un vétéran menant les champions sud-africains sur tous les fronts. Qu’il s’agisse de conduire vers le panier, de tirer de l’extérieur, de forcer des revirements ou de dunk sur des adversaires plus grands et plus lourds, Cele a gardé l’espoir de toute la nation sud-africaine.

Cele s’est retrouvé avec un sommet de la conférence de 20,5 points par match 3 de plus que Jordan et son coéquipier Billy Preston Jr. qui avaient une moyenne de 15,8 points. Malheureusement, une seule hirondelle ne fait pas le printemps. Et même s’il est apparu comme l’arbre qui cache la forêt, les espoirs placés en lui peuvent rapidement s’éteindre comme un feu de paille. Ces performances n’ont pas pu éviter à Cape Town, la troisième place de la Conférence qui va devoir attendre la fin des deux autres conférences pour savoir s’ils sont assurés d’une place en séries éliminatoires.  

Ces autres magiciens

Dundao, membre à deux reprises de l’équipe All-Defensive de la BAL, a fait sensation avec ses compétences offensives, mais a connu une défaillance de 3 points lors d’un moment crucial pour Petro de Luanda. Malgré sa taille modeste de 5 pieds 7 pouces, Dundao a battu un record de la conférence avec 10 tirs à 3 points, tout en menant Petro de Luanda au sommet du classement avec une moyenne de 13,5 points par match.

Parmi les autres joueurs en vue figuraient Diarra, Cele, Nouhi, Jordan et Preston Jr, mais une interrogation subsiste. Mohamed Sylla, âgé de 18 ans, n’aurait-il pas pu offrir une meilleure performance en l’absence de Diarra devant lui au FUS ? Grâce à son audace et à son agressivité des deux côtés du terrain, Sylla aurait pu facilement remporter le titre de révélation de la conférence s’il avait été décerné. Le pivot de 6 pieds 10 pouces, issu du programme BAL Elevate, a réalisé un taux de réussite de 50 % avec une moyenne de 4 points et 4,5 rebonds par match. L’entraîneur-chef du FUS Rabat, Saïd El Bouzidi, a témoigné d’une confiance immense envers Sylla.

Si l’on se fie à ce que la conférence inaugurale du Kalahari a offert aux fans, le reste de la saison 4 de la Basketball Africa League (BAL) promet un grand spectacle, avec la Nil Conférence qui démarre ce Vendredi 19 Avril 2024. 

Vous avez aimé cet article de Anthelme Chodaton ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

Jean-Paul-Manirakiza, président de la FEBABU

Une onde de choc secoue le monde du basketball burundais. Le Président de la Fédération...

Anthelme Chodaton
15
al-ahly-champions-de-la-bal-2023

La saison 4 de la Basketball Africa League (BAL) reprend cette semaine avec la Conférence...

Anthelme Chodaton
15
dynamo-vs-cape-town

La quatrième saison de la Basketball Africa League a démarré avec un scandale : le...

Anthelme Chodaton
30