Josh Giddey, l’étoile montante de la balle orange 

La Coupe du Monde FIBA 2023 étant désormais terminée, les récompenses individuelles tombent au compte-gouttes. Parmi elles : le titre de meilleur espoir de la compétition. Un titre qui revient au jeune meneur de l’Australie Josh Giddey. Malgré l’élimination de l’Australie, difficile de ne pas saluer les performances du joueur d’Oklahoma City. 

Des noms comme Drazen Petrovic, Wilfredo Ruiz, Kevin Durant, Yao Ming, John Lucas et Leo Rautins sont souvent évoqués dans l’histoire de la Coupe du monde FIBA. Pas parce qu’ils ont été une fois MVP, mais parce qu’ils ont affiché une meilleure moyenne de points marqués que Josh Giddey avant de fêter leurs 22 ans. En Asie, l’Australien est tout simplement le meilleur espoir du monde et si on ne parle que de ses performances, ça en dit long sur le talent du bonhomme.

Une campagne XXL

Si ce n’est l’élimination de l’Australie avant les quarts de finale, cela n’aurait pas été une surprise si Josh Giddey était élu MVP. Il a été le meilleur marqueur et passeur de son équipe, et probablement le meilleur Boomer de cette Coupe du Monde. L’ailier de 20 ans a pris le rôle de chef d’orchestre de la sélection pour tout exploser au passage. Pour son premier mondial, il est monté en puissance, cumulant 14 points, 9 rebonds et 8 assists dans le succès face à la Finlande en ouverture. Avec cette performance, il est devenu le 2e joueur du 21e siècle depuis LeBron James à combiner plus de 10 points, 5 rebonds et 5 assists dans son tout premier match. Contre le Japon, le Boomer a planté une moyenne de 26 points (10 sur 18 aux tirs), 11 assists et 5 rebonds. Une rencontre dans laquelle il a logiquement été élu “TCL Player of the Game”. Durant la compétition, il a tourné avec des moyennes 19.4 points, 6.0 assists et 5.0 rebonds par match pour les Boomers. 

Une vraie pointure

Ses prouesses en Asie ont été une véritable révélation aux yeux du monde, mais pas autant pour les suiveurs de la NBA. Auteur d’une surprenante saison, Josh Giddey pourrait jouer un rôle majeur dans les années à venir. L’Australien s’est affirmé comme une vraie pointure au point de finir la saison avec un bilan équilibré. Le meneur australien s’était  même offert un  record de 28 points, tout en menant son équipe à la victoire 112-102 face aux Brooklyn Nets en janvier dernier. C’est devenu sa marque de fabrique. Même s’il n’a pas encore un vrai point fort défini, il fait un peu de tout à chaque sortie. Il prend des rebonds comme un intérieur du haut de ses 2,03 mètres. Il en a capté 8 par rencontre cette saison. De loin le meilleur dans ce domaine à Oklahoma City. Il pointe en moyenne avec 16,6 unités, 52% aux tirs, 7,9 rebonds et 6,2 passes toute la saison. 

Ses performances pendant la Coupe du Monde sont l’illustration d’une progression linéaire, mais évidente pour le sixième choix de la draft 2021. Sa saison rookie était intéressante et il continue sur sa lancée. Sa vision du jeu est excellente, tout comme ses instincts. Ce sont de très bonnes bases. Il lui manque de la vitesse pour vraiment s’affirmer comme un attaquant percutant. Même si sa ruse et son agilité lui permettent de finir souvent dans la peinture, il peut encore crever les écrans les années à venir. Ça tombe bien, dès l’année prochaine, il y a les Jeux Olympiques de Paris. L’Australie a réussi à décrocher son ticket pour les JO et reviendra avec le couteau entre les dents. 

Vous avez aimé cet article de Anthelme Chodaton ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

La Fédération Camerounaise de Basketball (Fécabasket) intensifie ses efforts pour s’offrir les services de Pascal...

Anthelme Chodaton
26
dynamo-vs-cape-town

La quatrième saison de la Basketball Africa League a démarré avec un scandale : le...

Anthelme Chodaton
32
Dennis Schroder

L’Allemagne est entrée dans l’histoire en devenant championne du monde grâce à son triomphe contre...

Anthelme Chodaton
84