Mondial Féminin 2023 : L’incroyable histoire derrière la qualification de la Jamaïque en huitièmes de finale    

La Jamaïque fait des étincelles dans ce Mondial féminin. Elle est devenue la première nation des Caraïbes à se qualifier pour les huitièmes de finale. Et pourtant, les Reggae Girlz auraient pu manquer cette Coupe du Monde pour insuffisance de moyens financiers. Et si elles s’éclatent en Océanie, la fédération n’y est pour rien. Mais comment ont-elles fait ? 

Plusieurs nations féminines sont passées par des crises de part et d’autre avant de se rendre en Australie et en Nouvelle-Zélande. Des désaccords sur les bonus en Angleterre en passant par la lutte pour l’égalité salariale aux États-Unis jusqu’au problème de financement au Canada, tout a été désolant. La Jamaïque a un parcours impressionnant étant donné que l’équipe n’existait tout simplement pas dans une histoire assez récente. À des moments réguliers de sa jeune histoire, la Fédération Jamaïcaine de football a considérablement réduit et a complètement suspendu le financement de l’équipe. Les Reggae Girlz ont dû se battre pour financer leur déplacement.

Des Cagnottes en ligne

Pour cette Coupe du Monde, la Jamaïque a dû compter sur quelques initiatives de financement participatif, ainsi que sur le soutien du gouvernement jamaïcain et de leur sponsor de kits, Adidas. En raison du manque de soutien financier de leur fédération, les joueuses ont organisé une collecte de fonds pour couvrir les frais d’hébergement et de repas. Deux campagnes de financement ont été mises en place pour aider l’équipe de Jamaïque. La première, intitulée “Reggae Girlz Rise Up” et lancée par la mère de la joueuse Havana Solaun, visait à récolter 100 000 dollars pour compenser les dépenses liées à l’aventure australienne de l’équipe. Au final, elle a amassé un peu plus de 40 000 dollars. La seconde collecte, initiée par la Reggae Girlz Foundation, avait pour objectif de rassembler 75 000 dollars pour couvrir les frais de voyage, d’hébergement et de repas des joueurs. Cette dernière a permis de réunir plus de 45 000 dollars. 

Ces initiatives ont porté leurs fruits, car les Jamaïcaines se sont incrustées en huitième de finale de la Coupe du Monde. Et ce, avec un parcours impressionnant. Elles ont d’abord fait un match nul avec la France. Ensuite, elles ont remporté leur toute première victoire en Coupe du Monde contre le Panama et ont éliminé le Brésil du tournoi après un match nul 0-0. La triste réalité, c’est que la Fédération ne pourra pas s’attribuer le mérite de cet exploit. Pour la petite histoire, l’instance faîtière du football jamaïcain n’a jamais assumé ses responsabilités. Depuis toujours, les joueuses ont toujours bénéficié du soutien de quelques personnalités du pays.

La fille de Bob Marley à la rescousse 

La qualification des Jamaïcaines en huitièmes de finale du Mondial est une grande page qui s’écrit dans l’histoire du pays.  Le genre d’histoire d’opprimé(e)s qui rendent les tournois internationaux si excitants et réconfortants. Mais derrière cette belle performance se trouve Cedella Marley, la fille du célèbre chanteur de reggae, Bob Marley. En réalité, elle lutte depuis des années pour promouvoir le football féminin dans son pays. Au départ, la Jamaïque n’avait pas pu participer aux qualifications pour la Coupe du monde 2011. L’équipe a été essentiellement mise sous cocon jusqu’en 2014. C’est en ce moment que Cedella et Rita Marley, la fille et veuve de Bob Marley, sont intervenues pour offrir un financement afin qu’elle participe aux éliminatoires de 2015.

Grâce à son engagement, elle a réussi à lever des fonds importants pour l’équipe nationale et à sensibiliser les gens sur l’importance de permettre aux femmes d’accéder à ce sport. Son association est devenue sponsor de l’équipe nationale et a reversé 300 000 dollars pour développer le football féminin en Jamaïque. Pour Cedella, le football peut être une porte de sortie pour les filles vivant dans des communautés difficiles, et elle est en passe de réussir sa mission. Donc, pour elles, se qualifier pour les huitièmes de finale tout en étant invaincues et sans encaisser de but, dans une poule qui comprend la France et le Brésil, est tout simplement incroyable. 

Vous avez aimé cet article de Anthelme Chodaton ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

La mauvaise nouvelle est tombée pour le Gabon. La Fédération Gabonaise de Football (Fégafoot) a...

Anthelme Chodaton
18

Hugo Ekitike, actuellement à l’Eintracht Francfort, a officiellement dévoilé son rêve auprès de la presse...

Anthelme Chodaton
11