Egypte 2-2 Ghana : Les Tops et les Flops

Les Black Stars et les Pharaons n’avaient qu’un seul mot d’ordre : se relancer. Mais c’est sur un partage de points qu’ils se sont quittés au Stade Félix Houphouët Boigny jeudi soir. Et si Mohamed Kudus peut se réjouir de ses débuts à la CAN, la soirée a été par contre cauchemardesque pour Iñaki Williams.

Considérés comme des favoris dans leur groupe, l’Egypte et le Ghana sont étonnamment dos au mur. Ces derniers vont devoir attendre la dernière journée avant d’être fixés sur leur sort. Et le face-à-face en est un tournant majeur. Voici les tops et flops de la rencontre.

Mohamed Kudus en feu, des Egyptiens bien en jambes

C’était un choc intense qu’espéraient les fans mais c’est à un match fermé qu’ils ont eu droit. Même si tout n’a pas été rose collectivement, le spectacle n’a pas manqué sur le plan individuel. Et c’est à mettre prioritairement à l’actif de deux joueurs : Mohamed Kudus d’un côté et Omar Marmoush de l’autre. Le joueur de West Ham a été l’homme providentiel de cette rencontre. Il a fait parler sa puissance, sa technique et sa précision pour porter les Black Stars. Le second dans un effectif qui a fait bonne impression sans son leader, Mohamed Salah, sorti sur blessure, était virevoltant. L’Egyptien a brillé sur sa ligne en étant un véritable danger pour la défense ghanéenne à tous les coups. Et il sera récompensé par une erreur d’Iñaki Williams.

Dans cette équipe égyptienne, Eman Ashour a été aussi au rendez-vous. Placé derrière Mostafa Mohamed, le Pharaon s’est montré à la hauteur des attentes. Mostafa Mohamed de son côté a été bien maîtrisé par les Ghanéens mais il a réussi à se démarquer. Une lueur qui est venue d’une perte de balle d’Osman Bukari. Mention spéciale à Gideon Mensah et surtout Majeed Ashimeru chez les Black Stars qui ne se sont pas reposés sur leurs lauriers. En particulier, Ashimeru a parfaitement exécuté les plans du jeu pour déjouer les offensives égyptiennes. Elu homme du match au premier match, Alexander Djiku s’est une fois encore distingué dans la charnière centrale. Il commence véritablement à s’imposer comme un solide rock dans la défense.

La moindre erreur se paye cash

Les Black Stars n’étaient pas si loin d’une victoire pour se remettre en selle après la défaite d’entrée mais hélas ! Ils ont été rassurants sur quelques séquences ou phases offensives. Cependant, ils ont tout de même montré un autre visage qui commence à faire jaser. S’il y a un exercice dans lequel le Ghana n’excelle pas, c’est bien sûr sur les phases de relance et les pertes de balle. Face à l’Egypte, cette faiblesse s’est encore fait ressentir par l’entremise d’Iñaki Williams, fautif sur le premier but encaissé et Osman Bukari sur le second. L’attaquant de l’Atlético Bilbao a été non seulement imprudent mais est passé à côté de son match. Cela vient confirmer sa difficulté à s’adapter à l’équipe depuis qu’il a rejoint la sélection ghanéenne.

En outre, l’Egypte a fait un de ses meilleurs matchs dans le jeu en gardant la possession.  Les Pharaons ont réalisé une seconde période très prometteuse mais ont malheureusement manqué de réalisme dans les derniers mètres. Un manque de justesse technique criard dans la zone de vérité qui aurait peut-être pu changer le cours du match.

Vous avez aimé cet article de Anthelme Chodaton ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

Le Nigéria et l’Afrique du Sud jouent, ce mercredi 7 février 2024 une place en...

Rotimi Bamigbola
78

Benedict Saul McCarthy, de son nom complet, est peut-être le plus grand joueur sud-africain de...

Freddy Akpo
172