Coupe du Monde FIBA 2023 : Dennis Schröder a mis le monde à ses pieds

L’Allemagne est entrée dans l’histoire en devenant championne du monde grâce à son triomphe contre la Serbie (83-77) en finale de la Coupe du Monde FIBA 2023. Il s’agit d’une belle consécration après une campagne impressionnante grâce surtout à un collectif assez huppé. Un joueur a notamment fait parler la poudre : Dennis Schröder. Le néo-meneur des Toronto Raptors a apporté sa patte à ce succès, lui qui a été désigné MVP du Mondial.

Dennis Schröder a vécu un mois de rêve au Japon, en Indonésie et aux Philippines. Auteur de 28 points en finale, il est le deuxième basketteur allemand récompensé d’un trophée de meilleur joueur de la Coupe du Monde depuis Dirk Nowitzki en 2002. Mieux encore, Schröder a réussi là où l’ancienne vedette de l’Allemagne a échoué : remporter le titre mondial. 

Un MVP légitime 

Rien qu’à voir ses prestations à la Coupe du Monde, sa récompense n’a rien de surprenant. Il succède ainsi à l’Espagnol Ricky Rubio, récompensé en 2019. Après avoir figuré dans le “5 majeur” du FIBA EuroBasket 2022, où l’Allemagne a fini 3e, c’est la seconde fois que le capitaine allemand a droit à cet honneur. Schröder a inscrit 28 points  en finale contre la Serbie pour finir son aventure sur une bonne note. Et ce faisant, il a marqué au moins 14 points pour la 7e fois en 8 matchs dans le tournoi. Il a été brillant durant tout son séjour en Asie, avec notamment un match à 30 points et 8 assists contre l’Australie et un autre à 24 points et 10 assists contre la Slovénie. Ses moyennes durant la compétition sont 19.1 points, 6.1 assists, 2.0 rebonds et 1.4 ballons récupérés. C’est largement au-dessus des performances de son dauphin Bogdan Bogdanovic.

Le Serbe  a tourné avec des moyennes de 19.1 points, 4.6 rebonds, 3.3 assists et 2.1 ballons récupérés par match. En finale, il a cumulé 17 points et 5 assists. Il est suivi par le Canadien Shai Gilgeous-Alexande et l’Américain Anthony Edwards dans le 5 majeur. Le premier a terminé la compétition avec des moyennes de 24.5 points, 6.4 rebonds, 6.4 assists et 1.6 ballons récupérés, contribuant grandement à la 3e place historique du Canada. Edwards, quant à lui, a affiché des moyennes de 18.9 points et 4.6 rebonds par match pour aider les USA à se hisser dans le dernier carré du tournoi. Enfin, le Slovène Luka Doncic complète la liste. Il a été aussi remarquable, rejoignant le cercle restreint  des joueurs ayant inscrit au moins 200 points en une édition de la Coupe du Monde FIBA. Il a inscrit en moyenne 27.0 points par match et 7.1 rebonds, 6.1 assists. 

Un véritable chancelier 

La consécration de Schröder était loin d’être vue comme une possibilité. Cible de critiques en Allemagne et nommé capitaine de la Mannschaft, il y a deux ans, le néo-meneur des Toronto Raptors a brisé plus qu’une barrière. Fils de l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder (1998-2005), il est l’un des meilleurs joueurs de la sélection. Ses performances majuscules jusqu’au sacre avec un groupe moins en vue au départ est extraordinaire. L’Allemagne faisait partie des outsiders avant le début de cette Coupe du Monde.  Aujourd’hui, elle a  remporté le plus beau trophée de son histoire. Un sacre mérité puisque c’est la seule équipe invaincue de la compétition et  les principes de jeu montrés jusqu’ici sont particulièrement divertissants.

Lors de la demi-finale contre l’ogre américain, Gordie Herbert et ses hommes ont décidé de jouer rapidement vers l’avant, de mettre en place une grande orgie offensive, ce qui est généralement fatal face à cette équipe. Mais grâce à une exploitation intelligente des avantages de taille dans la raquette, et notamment sur un Austin Reaves dépassé, les Allemands ont toujours réussi à garder une longueur d’avance. Et Schröder a été encore le protagoniste de ce succès (17 points, 9 passes) qui lui a permis de conduire son pays sur le toit du monde. Un titre sous forme de revanche après une saison NBA compliquée avec les Los Angeles Lakers, qui ne l’ont pas conservé. Direction les Toronto Raptors pour poursuivre sa carrière en Amérique du Nord, terre d’accueil pendant près de vingt ans de Dirk Nowitzki, l’ancienne vedette de la Mannschaft et de Dallas Maverick (MVP des finales et champion NBA en 2011, MVP de la saison régulière en 2007). 

Vous avez aimé cet article de Anthelme Chodaton ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

La Fédération Camerounaise de Basketball (Fécabasket) intensifie ses efforts pour s’offrir les services de Pascal...

Anthelme Chodaton
25
dynamo-vs-cape-town

La quatrième saison de la Basketball Africa League a démarré avec un scandale : le...

Anthelme Chodaton
31
Josh Giddey

La Coupe du Monde FIBA 2023 étant désormais terminée, les récompenses individuelles tombent au compte-gouttes....

Anthelme Chodaton
118