Eléphants de Côte d’ivoire : difficile de savoir sur quel pied danser à trois mois de la CAN

La température est montée d’un cran depuis le tirage au sort des groupes pour la CAN 2023. A quelques semaines de la compétition, les différentes sélections sont dans diverses postures. L’état de forme du pays organisateur, la Côte d’ivoire, est notamment au centre des attentions. 

Comme avec le Cameroun en 2022, lorsqu’un pays comme la Côte d’ivoire est pays hôte de la CAN, les attentes sont grandes. Cependant il y a encore beaucoup de points d’interrogation au moment de parler des chances des Eléphants. Nous ne sommes clairement pas sur la meilleure génération que la Côte d’ivoire ait connu.  

Des éliminatoires mi-figue mi-raisin

Si l’on veut rester purement pragmatique, on peut seulement retenir le fait que la Côte d’ivoire a terminé co-leader de son groupe de qualification avec 13 points comme la Zambie. Mais cela constitue le premier problème. Dans un groupe composé du Lesotho, des Comores et de la Zambie, les Éléphants auraient dû largement dominer les débats. Le match nul 0-0 face au Lesotho a été une première alerte et n’a fait que renforcer certains doutes. Mais le gros point noir de cette campagne a été la défaite 3-0 face à la Zambie. La seule défaite des ivoiriens durant ces éliminatoires mais qui laisse encore des séquelles. Pas de quoi mettre en confiance un groupe qui manquait déjà sérieusement de repères. 

Un effectif encore instable 

C’est le plus gros problème de la sélection ivoirienne. Jean-Louis Gasset, depuis sa prise de fonction, a encore du mal à trouver son équipe type. Ceci pour plusieurs raisons, certaines indépendantes de sa volonté. D’abord, le fait que les certains joueurs, censés être les cadres, sont souvent en méforme, par manque de temps de jeu en club. Le meilleur exemple est celui de Serge Aurier. Franck Késsié quant à lui, est assez inconstant. Ensuite, les absences répétées des ‘’starlettes’’ de l’équipe, parfois pour des raisons pour le moins floues. Il s’agit bien entendu de Wilfried Zaha et Seko Fofana. Des absences qui ont fait polémique, ont remis en cause leur volonté de jouer en sélection. Tout ceci a créé une atmosphère nauséabonde dans les vestiaires. Pour parler terrain, cette instabilité fait que les Éléphants n’ont pas vraiment de fond de jeu. Le manque de véritable taulier sur le terrain fait qu’on manque de certitude. Le poste de gardien de but est aussi une vraie problématique. 

Des motifs d’espoir

A trois mois de la CAN, la Côte d’ivoire n’est certes pas l’équipe la plus impressionnante sur le papier. Cependant, il n’y a pas que du négatif à dire sur cette équipe. Quoi qu’on en dise, la sélection ivoirienne fait partie des formations qui ont le plus de talents dans leur effectif. Les observateurs parlent surtout du potentiel offensif avec des joueurs comme Jonathan Bamba, Simon Adingra, Jeremy Boga, Karim Konaté et bien d’autres. Avec Evan Ndicka de la Roma, Odilon Kossonou de Leverkusen ou encore Wilfried Singo de l’As Monaco, l’arrière-garde a aussi fière allure. L’équipe a aussi quelques valeurs sûres comme Ibrahim Sangaré au milieu et Sébastien Haller en attaque qui sont souvent titulaires. Les ivoiriens ont aussi montré qu’ils étaient capables d’élever leur niveau de jeu à l’occasion des grands matchs. La rencontre face au Maroc en amical en est une nouvelle preuve. Un nul 1-1 frustrant, mais beaucoup de choses positives à retenir. Face à une équipe sud-africaine qui avait du répondant, les éléphants ont été tenus en échec 1-1. Un prestation loin d’être mauvaise mais qui révèle des problèmes comme le manque de réalisme face aux but. Ce, malgré l’efficacité de Sébastien Haller, auteur de deux buts en deux matchs durant la trêve. Avec le Nigéria dans groupe, la Côte d’ivoire va devoir vite rentrer dans sa compétition. 

La Côte d’ivoire a à cœur de performer durant sa CAN et les joueurs en sont conscients. Les Éléphants ne sont pas ultra-favoris de la compétition. Mais avec le soutien de son public et un bon collectif formé d’ici janvier, la coupe pourrait rester au bord de la lagune Ebrié. 

Vous avez aimé cet article de Freddy Akpo ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

Il n’aura fallu qu’une saison à Omar Marmoush pour se faire un nom. L’attaquant égyptien...

Anthelme Chodaton
9

La mauvaise nouvelle est tombée pour le Gabon. La Fédération Gabonaise de Football (Fégafoot) a...

Anthelme Chodaton
25