Ce que le retour de Kroos signifie pour l’Allemagne et l’Euro 2024

La première trêve internationale de l’année est à nos portes. Et la nouvelle de cette journée FIFA est la sortie de retraite de Toni Kroos avec l’Allemagne en mauvaise posture. Si ce retour inattendu est un coup de maître de Nagelsmann, cela en dit long sur l’état actuel de la Mannschaft depuis sa dernière désillusion au mondial. Mais c’est surtout ce que l’ancien champion du monde pourrait apporter à cette équipe malgré son âge avancé qui suscite notre intérêt. 

Deux matchs amicaux, c’est tout ce qui reste à l’Allemagne pour rassembler les pièces du puzzle avant la dernière ligne droite de l’Euro 2024. Un duel contre la France et un choc face aux Pays-Bas, un véritable défi pour jauger le niveau de l’équipe et procéder au dernier ajustement. Et avec le retour de Kroos, cela offre de nouvelles perspectives. 

Rétablir la réputation

Ces dernières années, l’équipe n’a été que l’ombre d’elle-même. Entre les désillusions du mondial 2018 et 2022 ainsi que celle de l’Euro 2021, on se souvient à peine de la dernière fois que la Mannschaft a dominé le monde. Et pourtant, elle avait en son sein des joueurs de classe mondiale à l’instar de Leroy Sané, Serge Gnabry voir Thomas Müller. La machine allemande est pleine de rouille et il faille mettre de l’huile dans les rouages avant l’Euro que l’Allemagne organise.

La pression est donc indéniablement élevée pour Nagelsmann qui est confronté à la tâche de restaurer la réputation des allemands. Pour l’instant, il ne semble pas encore donné satisfaction pour partir sur de bonnes bases. Pour son troisième et quatrième match en tant qu’entraîneur par exemple, le joueur âgé de 36 ans a repositionné Kai Havertz en tant qu’arrière gauche, affirmant ensuite avec courage que ses performances étaient au mieux indifférentes lors des défaites contre la Turquie (3-2) et l’Autriche (2-0). Il avait précédemment qualifié les performances du joueur d’Arsenal de “classe mondiale”. Mais a ensuite décidé de ne plus le faire jouer à ce poste puisque le besoin d’un leader se fait ressentir. Son prochain exploit est à une échelle plus large : Toni Kroos, vainqueur de la Coupe du monde 2014. Une belle façon de faire revenir l’Allemagne au premier plan. 

Plus de sérénité dans l’entrejeu 

Expliquant son raisonnement dans une interview avec Der Spiegel, Nagelsmann a déclaré que le joueur de 34 ans était « un joueur de connexion » qui « guide les jeunes joueurs », « reste calme et posé » dans les grands matches et est toujours prêt à recevoir une passe. En d’autres termes, Kroos offre le contrôle et la résilience que Joshua Kimmich et Leon Goretzka, les deux milieux de terrain du Bayern Munich qui se sont alignés aux côtés d’Ilkay Gündogan (Barcelone) au centre du milieu de terrain ces dernières années, ne peuvent pas vraiment rassembler de manière fiable pour le moment. Il y a une logique à cette décision à la lumière des difficultés du duo du Bayern sous Thomas Tuchel cette saison, même si cela va quelque peu à l’encontre de la résolution de Nagelsmann avant le nouvel an d’introduire « différents types de joueurs » et « plus de travailleurs » au milieu de terrain de la Nationalmannschaft en 2024.

La capacité de Kroos à s’exprimer de manière désintéressée et son implication font de lui un atout précieux surtout dans le vestiaire ou son leadership et son expérience peut avoir un impact significatif. Son implication est la clé pour renforcer l’équipe et rétablir sa cohésion en vue de l’Euro et au-delà. Sauf que Kroos, qui traverse les matchs sans être perturbé par le score et les autres caprices, n’est ni un exécuteur à couper le souffle, ni un coureur altruiste qui comble les lacunes sur tout le terrain. C’est ainsi que la véritable réconstruction de l’équipe commence. 

Une rénovation avant l’Euro 

Depuis que Nagelsmann a choisi Gundogan comme capitaine, le joueur de 33 ans occupera un poste plus avancé, proche de la position de numéro 10 qu’il occupait à Manchester City. Cela laisse une place vacante au milieu de terrain. Kimmich, habituellement le milieu de terrain le plus reculé du Bayern et de l’Allemagne, continuera à jouer en tant qu’arrière droit, selon les ordres de Nagelsmann. Goretzka pourrait théoriquement occuper ce poste, mais Nagelsmann, basé sur son expérience à l’Allianz Arena, sait que l’ancien joueur de Schalke est plus un numéro 8 qu’un spécialiste défensif. La combinaison Goretzka-Gundogan au milieu n’a pas donné de bons résultats lors de la défaite de novembre à Vienne. Bien que la forme de Goretzka se soit améliorée récemment à Munich, il a été exclu de l’équipe nationale.

À la place de Goretzka, Nagelsmann a surpris en convoquant un autre milieu de terrain du Bayern : Aleksandar Pavlovic, âgé de 19 ans. Bien que Pavlovic soit le milieu de terrain le plus naturellement adapté au rôle de « numéro 6 » dans l’équipe d’Allemagne, il faudra beaucoup de courage pour le lancer dans le grand bain, compte tenu de son manque d’expérience internationale. Pascal Gross de Brighton a également été envisagé comme une alternative pour le rôle défensif, mais principalement par des personnes qui ne l’ont pas beaucoup vu jouer. Bien que Gross soit dynamique en attaque, il n’est pas le plus rapide et son ajout au mélange offrirait moins de protection au milieu de terrain allemand que ne le font Eduardo Camavinga et Aurélien Tchouameni au Real Madrid. 

Stylistiquement, Robert Andrich semblerait mieux adapté. Le joueur de 29 ans est un solide milieu de terrain et un récupérateur de ballon, mais il est assez limité en possession, mis à part les inquiétudes concernant ses compétences techniques. 

Quid de l’équipe type

Le retour de Kroos nécessite d’autres changements dans le XI de départ. Avec Jamal Musiala (Bayern) et Florian Wirtz (Leverkusen), l’Allemagne compte deux superbes n°10 qui illuminent le championnat. Si cette place derrière l’attaquant est occupée par Gundogan, plus stratégique, alors ni Musiala ni Wirtz ne peuvent jouer leur rôle le plus efficace. L’un ou les deux devront jouer large, là où s’attendait à se trouver Leroy Sane, suspendu, l’attaquant le plus rapide de l’équipe.

En vérité, la réintroduction de Kroos provoque un véritable casse-tête. Même si Nagelsmann a déclaré n’avoir reçu que des réponses positives de la part de ses joueurs lorsqu’il a évoqué l’idée avec quelques-uns d’entre eux le mois dernier, on peut imaginer l’ambiance dans le vestiaire si le stratagème échoue. Kroos a certainement le potentiel de rendre l’Allemagne plus sûre et plus structurée sur le ballon, mais le prix que l’équipe devra payer n’est pas loin d’une réorganisation totale. Lorsque l’équipe allemande de basket-ball a remporté la Coupe du monde en septembre dernier « chaque joueur connaissait son rôle des mois avant le tournoi ». Si Nagelsmann envisage sérieusement d’adopter un régime similaire pour l’équipe nationale, sa nouvelle Allemagne doit en sortir pleinement formée, immédiatement. C’est un projet ambitieux compte tenu du calendrier. Peu d’entraîneurs se lanceraient dans une rénovation majeure deux mois avant le début du tournoi. 

Vous avez aimé cet article de Anthelme Chodaton ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

Il n’aura fallu qu’une saison à Omar Marmoush pour se faire un nom. L’attaquant égyptien...

Anthelme Chodaton
9

La mauvaise nouvelle est tombée pour le Gabon. La Fédération Gabonaise de Football (Fégafoot) a...

Anthelme Chodaton
25