Boxe : divorce consommé entre le CIO et l’IBA

Mauvaise nouvelle pour la Fédération Internationale de Boxe (IBA)! Le Comité International Olympique (CIO) a annoncé  l’exclusion de l’IBA de sa session. C’était à travers un communiqué publié mercredi dernier que l’annonce a été rendue publique. 

C’était dans les coulisses depuis mais cela est désormais officiel. La Fédération Internationale de la Boxe ne fait plus l’unanimité au sein du CIO. Elle a  enfreint les règles du Comité International Olympique et est désormais dans ce qu’on pourrait appeler la zone rouge. Son exclusion a déjà été actée. 

Un conflit de longue date  

Selon les informations d’Europe 1, le CIO et l’IBA sont en désaccord depuis 4 ans. Ces désaccords ont fini par détériorer leurs relations au point que le comité international olympique a décidé de retirer sa reconnaissance à la fédération internationale de boxe. Il avait été reproché à l’IBA, l’instance internationale de boxe de faire preuve de scandales d’arbitrage de façon répétée. Ceci était vu comme une dette  abyssale. Les États-Unis avaient alors qualifié l’ancien président de l’IBA de ” l’un des leaders du crime organisé”. Choses dont l’instance avait pris conscience en annonçant des réformes et en installant même un nouveau président en décembre 2020. C’était le Russe Umar Kremlev. Mais ça n’aura pas suffi.

La goutte de trop 

A en croire les informations rapportées par Europe 1, l’IBA avait déjà été suspendue par le Comité International Olympique depuis le 26 juin 2019.  Selon un rapport publié par le CIO lui-même le jour où il  faisait sortir le communiqué annonçant l’exclusion de l’IBA, l’instance de boxe n’a pas  rempli les conditions fixées pour sa réintégration. Elle s’est au contraire livrée à ” une confrontation directe avec l’instance olympique” en jouant la carte de l’intimidation. Ceci après que celle-ci lui a retiré l’organisation du tournoi olympique de Paris-2024 qui fait suite au tournoi de Tokyo 2020 qu’on lui avait également retiré. A cela s’ajoute une dépendance financière sans relâche de la fédération internationale de boxe du géant russe Gazprom. L’IBA a tout de même , par le biais de son président Kremlev, défié le comité international olympique en autorisant les boxeuses russes et biélorusses à ” combattre sous leurs propres couleurs lors des Mondiaux féminins de Mars en Inde”. C’est en référence à tout ceci que le CIO a décidé d’exclure l’IBA de sa session. Ce qui coûtera dès lors cher à l’instance de boxe. Elle pourrait perdre définitivement le privilège d’organiser des tournois olympiques de boxe et par ricochet les avantages financiers qui accompagnent ces compétitions. L’IBA sera alors seul face à son destin et ne vivra désormais que de ses propres ressources. Toutefois, la boxe sera présente aux JO de Paris-2024 selon le CIO. Et pour cause, cette décision a été prise depuis fin 2020. Mais sa présence aux JO 2028 qui auront lieu à Los Angeles est incertaine. 

Une nouvelle fédération pour remplacer l’IBA

Selon les informations, une jeune fédération internationale World Boxing est en train d’émerger. Elle est portée en coulisses par plusieurs fédérations occidentales. Faut-il le dire, cette nouvelle fédération qui fait son apparition à un moment où l’IBA est en total désaccord avec le CIO, a déjà été rejointe par les fédérations des  États Unis et  de la Suisse. Les instances de la Grande-Bretagne, des Pays-Bas et de la Nouvelle-Zélande sont aussi sur le point d’emboîter le pas aux deux autres fédérations.

Vous avez aimé cet article de Fiacre Awadji ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

Après sa défaite controversée contre Baki il y a 46 jours, Cédric Doumbé, le combattant franco-camerounais, n’a pas tardé à rebondir. Réputé au PFL, Doumbé s’apprête à faire ses débuts avec le Bellator à Paris dans trois semaines. Selon un...

Anthelme Chodaton
21

Un peu plus de quatre mois après son duel avec Tyson Fury, Francis Ngannou revient sur le ring pour affronter un autre Britannique de renom, la superstar des poids lourds, Anthony Joshua, ce vendredi soir à Riyad (Arabie saoudite). Mais...

Anthelme Chodaton
55