Benni McCarthy (Afrique du Sud) : une légende sous-cotée puis oubliée

Benedict Saul McCarthy, de son nom complet, est peut-être le plus grand joueur sud-africain de l’histoire. Meilleur buteur de l’histoire des Bafanas Bafanas, il a disputé deux coupes du monde et trois Coupes d’Afrique des Nations. Avec une CAN 1998 mémorable, sa présence parmi les Légendes de CAN est tout à fait légitime. 

Commençons avec une petite devinette : j’ai remporté la Ligue des Champions, fini meilleur buteur de la CAN et joué au moins une finale de la compétition. Les noms auxquels ont pourrait directement penser sont ceux de Didier Drogba et surtout Samuel Eto’o. Pourtant, Benedict McCarthy coche également ces cases. C’est pour dire le calibre auquel on à faire.

Une carrière bien remplie

Benedict McCarthy, comme bon nombre de joueurs africains, commence dans son pays natal. C’est dans les clubs sud-africains de Seven Stars et l’Ajax Cape Town qu’il va faire ses gammes entre 1995 et 1997. A ce moment de sa carrière, on a plein de rêves, comme jouer pour un grand club. C’est ce qui va arriver au jeune Benni, qui grâce au partenariat entre l’Ajax Cape Town et la l’Ajax Amsterdam, va rejoindre le club néerlandais en 1997. L’Ajax a gagné la Ligue des Champions en 1995 puis a été finaliste en 1996. 

Son passage à l’Ajax puis au Celta Vigo ne sera pas un franc succès mais le forgera avant son arrivée au FC Porto. Son idylle avec le club portugais est l’apogée de sa carrière. Il y remporte de nombreux titres, dont la fameuse Ligue des Champions 2003-2004 en étant déterminant durant le parcours. Il découvre aussi le meilleur championnat du monde, la Premier League, en 2006 avec les Blackburn Rovers. Il termine deuxième meilleur buteur du championnat dès sa première saison. Il plante 19 buts, à un petit but d’un certain Didier Drogba. Sa fin de carrière est marquée par une pige à West Ham puis le retour au bercail avec Orlando Pirates. 

A jamais dans l’histoire de la CAN

Benni McCarthy a disputé trois phases finales de CAN, en 1998, 2002 et 2006. Mais c’est bien lors de sa première expérience qu’il va marquer la compétition de son empreinte. Une compétition qu’il aborde dans un contexte particulier. Porteur de beaucoup d’espoirs à son arrivée au Celta Vigo en provenance de l’Ajax, le jeune attaquant sud-africain (21 ans à l’époque) est en difficulté en Espagne. Heureusement pour lui, il est prêté au FC Porto, alors entraîné par un certain José Mourinho. Au Portugal, le joueur retrouve des sensations juste avant la CAN 1998 au Burkina Faso. 

Pourtant, ses débuts sont poussifs. McCarthy est muet durant les deux premiers matchs face à l’Angola (0-0) et la Côte d’ivoire (1-1). Mais le 16 février 1998 au Stade municipal de Bobo-Dioulasso, Benni McCarthy devient sans doute une légende de CAN. Après seulement 21 minutes de jeu, l’Afrique du Sud mène 4 buts à 0 face à la Namibie pour son troisième match de poule. Lorsqu’on se tourne vers le tableau d’affichage, on se rend compte que tous ces 4 buts portent la signature d’un seul homme : Benni McCarthy. Buteur à la 8e, 11e, 19e et à la 21e, il inscrit le quadruplé le plus rapide de l’histoire de la compétition (13 minutes). Buteur face Maroc en quart et double buteur face à la RD Congo en demi, il porte les Bafanas Bafanas jusqu’en finale. L’Afrique du Sud perd malheureusement 2-0 face à l’Égypte de Hossam Hassan. Auteur de 7 buts en 6 matchs, c’est avec ce dernier qu’il partage le titre de meilleur buteur de la CAN. Il reçoit aussi la distinction de MVP de la compétition.

Méconnue de la jeune génération

On imagine que Benni McCarthy est un monument en Afrique du Sud où il continue de s’investir, même après la retraite. Mais force est de constater qu’à l’échelle du football africain, son nom n’a pas forcément traversé les âges. Pourtant McCarthy a une carrière et des accomplissements qui feraient le bonheur de bien de joueurs à sa place.  Mais la réalité est ce qu’elle est. D’une part, on peut dire que le fait qu’il vienne d’Afrique du Sud, plus connue pour le Rugby même si le football y est aussi très important, est un premier élément. Il n’aura jamais l’aura d’un grand joueur du Cameroun, de la Côte d’ivoire ou de l’Egypte. D’autre part, avoir joué au FC Porto et aux Blackburn Rovers durant l’apogée de sa carrière ne met pas forcément un gros coup de projecteur sur ses exploits. 

Benedict McCarthy n’est pas forcément une légende du football africain. Mais il fait partie des attaquants les plus efficaces de sa génération. Il mérite donc plus de reconnaissance. C’est désormais chose faite à travers cet épisode de “Légendes de CAN”.

Vous avez aimé cet article de Freddy Akpo ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

Le Nigéria et l’Afrique du Sud jouent, ce mercredi 7 février 2024 une place en...

Rotimi Bamigbola
76

Le monde du football est une source infinie de souvenirs, un vaste recueil où chaque...

Anthelme Chodaton
119