BAL 2024 : La vérité sur le forfait de Dynamo BBC 

Le club burundais Dynamo Basketball Club était censé affronter FUS Rabat Basketball ce dimanche 10 mars. Mais le match n’a jamais eu lieu. Tout simplement parce que les dirigeants ont refusé que les joueurs portent le maillot floqué de «Visit Rwanda». Une décision plus que surprenante issue d’une situation bien plus délicate qui ne date pas d’aujourd’hui. Koudenvoi vous expose les véritables raisons de ce refus. 

Pour sa première participation à la Basketball Africa League (BAL), le Dynamo Basketball Club fait beaucoup parler de lui, mais pas pour ses exploits sur le parquet. D’abord, lors de son premier match, les joueurs ont arboré un ruban noir masquant le logo “Visit Rwanda”, sponsor officiel de la BAL, sur leurs maillots. Confronté à des réactions hostiles des organisateurs lors du deuxième match, il a ensuite pris la décision de se retirer de la compétition. Dans un communiqué, le président de la BAL, Amadou Gallo Fall, mentionne “un refus de se conformer aux règles de la ligue concernant les maillots et les uniformes”. Cette élimination regrettable intervient malgré la victoire de prestige (86-73) obtenue face aux hôtes de Cape Town lors du match d’ouverture. Mais en réalité, le Dynamo n’a suivi que  les recommandations de la hiérarchie politique de son pays, en lien avec les tensions politiques entre le Rwanda et le Burundi liées au conflit à l’est de la RDC. 

Un conflit qui gâche tout 

Le président Evariste Ndayishimiye du Burundi semble se diriger directement vers des tensions accrues avec le Rwanda, pays voisin et frère, notamment en raison des récentes détériorations des relations entre les deux nations. Ces tensions ont été exacerbées par les accusations renouvelées du président burundais, accusant le Rwanda de financer et de former les rebelles du groupe RED-Tabara, qualifiés de terroristes par Bujumbura. Ndayishimiye a appelé les dirigeants régionaux à maintenir la pression jusqu’à ce que le peuple rwandais exerce des pressions sur son gouvernement. Les autorités rwandaises réfutent fermement ces allégations, les qualifiant d’incendiaires, et soulignant que de tels appels au soulèvement menacent l’unité du Rwanda et la sécurité régionale. Cette escalade de tensions s’étend désormais au domaine sportif. 

Il faut retenir que le forfait de Dynamo Basketball Club n’est pas la première conséquence de cette guerre sur le plan sportif. Dernièrement, le club congolais TP Mazembe a également refusé de façon catégorique que ses joueurs portent le logo “Visit Rwanda” lors de leur match contre l’Espérance Tunis dans le cadre de la Ligue africaine de football (AFL), une compétition soutenue par la CAF et parrainée par le ministère rwandais du Tourisme, l’un des sponsors. Cette décision semble être motivée par la crise entre le Rwanda et la RDC liée aux rebelles du M23 opérant dans l’est du pays.

Des jeunes sacrifiés 

Le retrait du Dynamo Basketball Club de la Basketball Africa League (BAL) en raison du refus de porter le maillot floqué de “Visit Rwanda” soulève des questions sur l’impact à long terme sur la carrière et la participation future de ces jeunes athlètes dans des compétitions internationales. En premier lieu, cette décision peut avoir des répercussions psychologiques et émotionnelles sur les joueurs, compromettant potentiellement leur motivation et leur confiance. Leur expérience dans cette compétition, qui aurait pu être formatrice, est maintenant entachée par des considérations politiques.

De plus, cela pourrait également influencer négativement la perception internationale des athlètes burundais. Le retrait de l’équipe nationale de la BAL en raison de problèmes politiques risque de ternir la réputation sportive du Burundi et d’isoler ses athlètes sur la scène mondiale. Enfin, cela souligne la manière dont les conflits politiques peuvent empiéter sur le monde du sport, mettant en danger la participation des jeunes sportifs à des compétitions internationales. Les conséquences de ces tensions politiques sur l’avenir des jeunes sportifs résident dans le risque de les priver d’opportunités, de reconnaissance et de développement professionnel dans le domaine du sport.

Vous avez aimé cet article de Anthelme Chodaton ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

La Fédération Camerounaise de Basketball (Fécabasket) intensifie ses efforts pour s’offrir les services de Pascal...

Anthelme Chodaton
22
Jean-Paul-Manirakiza, président de la FEBABU

Une onde de choc secoue le monde du basketball burundais. Le Président de la Fédération...

Anthelme Chodaton
16
al-ahly-champions-de-la-bal-2023

La saison 4 de la Basketball Africa League (BAL) reprend cette semaine avec la Conférence...

Anthelme Chodaton
16