Maboundou Koné et Jessika Gbai : sur les traces de Murielle Ahouré et Marie-Josée Ta Lou 

La Côte d’Ivoire sera présente au 400X10 durant les prochains mondiaux d’athlétisme. À Lausanne, les Ivoiriennes Ahouré-Demps Murielle, Ta Lou Marie-Josée, Gbai Jessika Lauren Maca et Koné Maboundou ont dominé la course de bout en bout et ont même établi à l’arrivée le nouveau record de Côte d’Ivoire (42,23 s). Elles qualifient donc la Côte d’Ivoire pour les championnats du Monde à Budapest prévus du 19 au 27 août 2023. Le très grand public aura l’occasion de découvrir deux jeunes sprinteuses ivoiriennes qui représentent la relève du sprint ivoirien chez les dames.

La Côte d’Ivoire a toujours été une terre d’athlétisme et a surtout connu des spécialistes du sprint. Les années 2010 ont connu des références telles que Soualiho Méité et Arthur Cissé Gué chez les hommes. Les dames ne sont pas en reste avec Murielle Ahouré et Marie-Josée Ta Lou, deux championnes qui ont hissé haut le drapeau ivoirien dans le gotha de la discipline. Ayant largement passé la trentaine, Ahouré et Ta Lou disputent certainement leurs derniers mondiaux. Et, si on peut craindre une période un peu creuse, il n’en est rien. Deux nouvelles étoiles montantes du sprint ivoirien commencent à émerger chez les dames. Elles ont toutes les deux 26 ans. Il s’agit de Maboundou Koné et Jessika Gbai.

Maboundou Koné : la fille du pays 

Maboundou Koné est un des produits du centre Murielle Ahouré qui a vu passer d’autres athlètes de la nouvelle génération comme Arthur Cissé Gué et Auriel Tchambi. La sprinteuse s’installe ensuite en France pour poursuivre son ascension. 

C’est à partir de 2022 que Maboundou Koné commence véritablement à confirmer les espoirs placés en elle. Elle est médaillée de bronze 100 m et 200 m aux 5e jeux islamiques en Turquie cette année-là. La même année, elle décroche la médaille d’argent au 100m et la médaille d’or au 200m lors du Grand Prix International de la CAA qui s’est déroulé à Douala.

Cette année, elle a triomphé au Meeting de Nancy, dimanche 18 juin, en France, au 200 m. Elle a remporté la course avec un chrono de 22.57 sec devant la Française Gemima Joseph (23.01 sec) et la Brésilienne Vitoria Cristina Rosa (23.02 sec). Ce qui lui a permis de se qualifier pour les Mondiaux de Budapest prévus du 19 au 27 août 2023. 

Jessika Gbai : la terre mère à conquérir 

Née à Daloa de parents ivoiriens, Jessika Lauren Maca Gbai a également la nationalité américaine. Elle vit aux USA depuis plusieurs années, là où elle a fait ses classes dans l’Athlétisme. Pourtant, elle décide par la suite de défendre les couleurs de la Côte d’Ivoire, son pays d’origine. 

Elle se révèle au public ivoirien grâce aux 18e championnats du monde qui ont eu lieu dans l’Oregon aux Etats-Unis. Elle atteint les demi-finales aux 200 m. Repêchée de justesse durant la phase de qualification malgré son chrono de 22 secondes 89, elle échoue ensuite aux portes de la finale. Pourtant, elle fait un meilleur temps avec ses 22 secondes 84. 

Absente depuis 20 ans, la Côte d’Ivoire sera de retour sur le 4X100 avec les dames. Comme un symbole, l’équipe sera composée de l’ancienne et la nouvelle génération. Mieux, elles vont se passer le témoin l’une à l’autre durant la course. Comme une passation de pouvoir finalement.

Vous avez aimé cet article de Freddy Akpo ? Faites-le lire à d’autres.

Dans la même catégorie...

À l’approche des Jeux Olympiques de Paris 2024, le Togo subit une perte importante dans sa liste des athlètes potentiellement...

15

Tobi Amusan, la star du 100 m haies nigérian, a captivé l’attention lors du premier Jamaica Athletics Invitational, tenu le...

22